Quels sont les meilleurs moyens de produire soi-même de l’électricité ?

Les énergies renouvelables, tels que le soleil et l’air permettent aujourd'hui de produire soi-même, son propre courant. Toutefois, l’on ne sera pas pour autant autonome par rapport au réseau. Mais, on peut dans une certaine mesure, limiter de façon considérable la dépendance énergétique dont on est sujet. Comment faut-il donc procéder ? Éléments de réponse !

Utiliser des modules photovoltaïques

Les modules photovoltaïques sont des mécanismes d’autoproduction très connus et prisés. Mettre en place des modules solaires reste un engagement profitable même sans les assistances et les commissions. Si beaucoup d’entre elles ne sont plus disponibles, quelques bénéfices subsistent. En règle générale, le propriétaire d’un module photovoltaïque consomme 30 pour cent de l’énergie apportée par les dispositifs. Pour élever ce taux, on a la possibilité de se procurer une batterie apprivoisée. On peut alors consommer 60 à 80 pour cent de son apport électrique. Une installation normale qui prend en compte les besoins d’une famille peut coûter 5 000 euros avec 14 panneaux pour une production électrique de 3 500 kWh par an, soit un bénéfice de 500 euros par an, durant 25 à 30 ans.

Se servir d'une éolienne domestique

À l’opposé des éoliennes que l’on croise le long des autoroutes, les éoliennes domestiques sont composées d’un axe vertical de gabarit réduit. Une éolienne de 3,5 Kilowattheure est largement suffisante pour prendre en compte les besoins normaux d’une famille, soit 3 500 Kilowattheure par an. Son fonctionnement n’a besoin que de 10 à 15 kilomètres par heure de vents.

L’autre élément très important à considérer, est qu’une éolienne s’installe toujours dans le jardin, mais jamais sur un toit. Il est opportun de faire initier une étude de répercussion par un spécialiste avant toute installation. Un permis d’urbanisme est nécessaire. Il faudra de même informer les voisins et déclarer son éolienne à la CREG (le régulateur fédéral), au Ministre Fédéral de l’Energie, et obtenir le consentement de son gestionnaire de réseau. Celui-ci mettra en place, un compteur bidirectionnel.

Les prix varient entre 10 000 et 40 000 euros en fonction de la puissance et des difficultés relatives à l’installation. Les profits qui découlent de l’achat sont étendus sur 15 ans si le logement bénéficie d’une bonne exposition aux vents. Il faut ajouter qu’une éolienne domestique a la possibilité de produire une puissance 4 fois supérieure à celle des panneaux solaires et sa performance ne diminue pas au fil du temps. Il faut dire que cette forme d’utilisation est conditionnée par des certificats délivrés par les institutions compétentes.

Produire de l’électricité Grâce à une microcogénération et un toit solaire

Les chaudières dotées de microcogénération peuvent servir au chauffage. Si elles émettent de la chaleur, elles apportent aussi du courant. Le gaz naturel qui fait fonctionner la chaudière fait travailler un moteur à piston. L’énergie produite est donc convertie en électricité par le biais d’un alternateur, ce qui peut prendre en compte la plupart des besoins dans une maison. Les chaudières à micro – cogénération coûte en moyenne 10 000 euros. Quant au toit solaire, il se présente avec un aspect ordinaire mais ses tuiles sont dotées de cellules photovoltaïques infiniment petites. De nombreuses variétés et colorations de tuiles existent. La mise en place est, par ailleurs conditionnée par un générateur de stockage. Les toits solaires sont annoncés pour être vendus à 220 euros par mètre carré !

La lumière autoproduite grâce aux vitres et aux briques en verres solaires

Il existe depuis peu, des firmes spécialisées qui produisent des vitrages sur lesquels est posé un système photovoltaïque agile, avec un rendement d’environ 80 watts par mètre carré. Plusieurs entreprises s’en sont déjà pourvues. À l’instar des vitres, il existe aussi des briques de verre pour devanture capables de transformer l’énergie solaire en électricité. Constituées de fibres optiques habiles, ces dernières orientent les faisceaux du soleil sur de petites cellules photovoltaïques. Ces dispositifs sont toujours en expérimentation, mais ne vont pas tarder à être disponibles au grand bonheur des amateurs de l’autoproduction.

En définitive, les mesures palliatives pour réaliser de l’autoproduction sont disponibles, mais ne sont pas pour autant convenables à toutes les bourses. Les panneaux solaires sont à n’en point douter, la solution la plus en vogue en ce moment. Choisir de produire soi-même son électricité, c’est opter pour des mesures économiques profitables à son budget annuel. Faites donc l’expérience pour vous en faire votre propre idée !