Quels sont les facteurs de pollution de l’eau de robinet ?

L’eau est essentielle pour l’être humain. Nous avons en moyenne besoin de consommer 1,5 litre de ce liquide par jour. Cependant, il est important que celle-ci soit saine. Pour cela, beaucoup se tournent vers l’eau de robinet. Toutefois, cette eau en apparence propre n’est pas aussi saine qu’on peut le penser. En France, une étude a révélé qu’environ un million de consommateurs reçoivent toujours chez eux une eau dont la qualité n'est pas conforme aux prescriptions sanitaires. Elle contient en effet plusieurs éléments polluants de diverses origines. On fait le point dans cet article.

 

Les polluants dus aux activités agricoles

 

Les polluants agricoles contenus dans l’eau du robinet sont issus des déjections animales et de l’utilisation des engrais agricoles. Ces derniers contiennent des produits phytosanitaires comme les pesticides, les herbicides ou les fongicides. Environ 2,8 millions de consommateurs utilisent une eau de robinet dont la teneur en pesticides, en nitrate et en bactérie dépasse la norme européenne. Les régions les plus touchées sont celles où une agriculture intensive est pratiquée. En effet, dans ces zones, l’utilisation des produits chimiques comme les herbicides et les nitrates ont un impact négatif et considérable sur les eaux de surface. Par conséquent, celle du réseau est donc polluée.

Plus de 90 % des cours d’eau français contiennent des pesticides. Cependant, une exposition à des doses faibles à ces substances par des enfants de moins de six ans a des impacts non négligeables sur le développement de leur organisme. Il existe également des suspicions de risques liés à des maladies nerveuses, des troubles de la reproduction ou le cancer. En 2015, une étude a montré que 38 % des Français consommaient une eau avec une contenance en nitrates comprise entre 25 et 50 mg/L. Toutefois, une exposition au Nitrate réduit la capacité du corps humain à pouvoir absorber l’oxygène respiré. C’est également une substance susceptible de causer des maladies comme le cancer de l’intestin. Une femme enceinte qui consomme une trop grande quantité de nitrate a moins de chances de donner naissance à un bébé grand et en pleine santé.

Lire aussi :   Production d’eau chaude sanitaire : comment faire ?

Les polluants issus des canalisations

 

Le vieillissement des équipements du réseau d’adduction peut également altérer la qualité de l’eau desservie. Il existe également une réglementation en ce qui concerne les limites de qualité sur certains composants issus des canalisations et pouvant se retrouver dans ce liquide. Parfois, ce type de substances ne concerne qu’un réseau donné. Il faut donc faire les prélèvements directement au robinet du consommateur pour vérifier. Ainsi, on peut retrouver les substances suivantes.

  • Le plomb

Le plomb est une substance nocive notamment pour les enfants de moins de six ans et les femmes enceintes. Pour une plombémie supérieure ou égale à 100 µg/L, l’utilisateur peut être sujet à des troubles du comportement, cognitifs et psychomoteurs. Consommé à faible dose, il impacte le développement neurologique et peut participer à une baisse du QI. Depuis 2013, la contenance de plomb dans l’eau destinée à la consommation ne doit pas dépasser 10 microgrammes (µg) de plomb par litre. Ainsi, les anciennes canalisations sont interdites en France et le système est en train d’être progressivement changé.

  • Le Nickel

Le Nickel est utilisé en plomberie notamment pour les tuyaux, les raccords ou les robinets. Cependant, il est toxique pour les reins.

  • Le cuivre

La présence du cuivre dans l’eau de robinet est due à la corrosion du système de canalisation. Être exposé au cuivre peut à long terme causer des irritations au niveau de la bouche, des yeux ou du nez.

  • Le chlorure de vinyle

Le chlorure de vinyle est un élément constitutif du PVC notamment ceux de mauvaises qualités plus courants avant 1980. C’est un élément cancérigène pour l’homme.

Lire aussi :   Quel intérêt de créer un puits chez soi ?

Les polluants d’origine médicamenteuse

 

L’ensemble des eaux usées et le milieu naturel contiennent de faibles doses de résidus de substances médicamenteuses. On décèle régulièrement dans l’eau de robinet des traces de médicaments à usage vétérinaire ou humain. On distingue notamment les antibiotiques, anti-inflammatoires, antiparasitaires et autres types de médicaments issus notamment des stations d’épuration des eaux usés. Ces médicaments, mal éliminés au cours de la phase de traitement, se retrouvent dans les sites de production d’eau destinée à la consommation. Généralement, il s’agit de sites proches des stations d’épuration ou de sites de rejets agricoles, industriels ou hospitaliers. Ce type de pollution concerne en particulier les grandes localités qui sont alimentées par les eaux de surface.

Les défauts de traitement peuvent également être à la base de la pollution de l'eau de robinet. Il existe également des polluants d'origine radioactive moins connue et présentes. Chaque consommateur, en prenant connaissance des normes de qualité prédéfinies peut vérifier chez lui la qualité de son eau de robinet.