Déchets électroniques : comment les traiter ?

Encore appelés DEEE, c’est-à-dire Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques, les déchets électroniques font l’objet d’une attention particulière. Considérés comme dangereux, ils sont aussi entourés d’une réglementation spéciale. Ne pouvant être jetés ni exportés, ils sont ainsi séparés et collectés distinctement des autres déchets. L’obligation de collecte engendre l'obligation de traitement. Les déchets électroniques sont alors recyclés suivant un processus précis qui se décline en plusieurs volets.

La collecte et le tri des déchets électroniques

Les déchets électroniques désignent les ordinateurs, les souris, les imprimantes et les claviers qui ne fonctionnent plus. En un mot, il s’agit de tous les appareils ou objets reliés à des courants électriques ou électromagnétiques.

La collecte est la toute première étape de leur traitement. Il faut d’abord réunir ces déchets, se lancer dans le tri et après, faire le recyclage. C’est d'ailleurs la raison pour laquelle les DEEE portent le sigle de la poubelle barrée : cela indique leur particularité.

D’après le Code de l’Environnement, chaque personne est responsable de ses déchets. Votée en 2005, la loi sur le recyclage des DEEE, elle, oblige le producteur du déchet à le reprendre et le recycler. Par conséquent, les fabricants ou fournisseurs d'appareils électroniques sont contraints de trouver le moyen de récupérer les DEEE produits de leur fait.

Plusieurs d’entre eux proposent ainsi un service de collecte gratuit à leurs clients. Chaque année, il est produit 1,7 millions de tonnes de déchets électroniques en France. Les particuliers et les professionnels se doivent de ne point laisser ces objets dans la nature. Il est à noter que 90 % des déchets électroniques proviennent de matériels informatiques.

Lire aussi :   Rénovation énergétique : comment bénéficier des aides financières ?

Pour se conformer à la réglementation sur les DEEE, il est également possible de faire appel aux éco-organismes agréés ou de se rabattre sur l'entreprise elle-même, afin qu'elle s'en occupe. Les éco-organismes prennent en charge la collecte et le tri de ces déchets. C’est après cela que viennent la dépollution et le broyage.

La dépollution et le broyage des déchets électroniques

Les matériaux présents dans les déchets électroniques sont multiples. On remarque la présence :

  • de 48 % de métaux ferreux ;
  • de 17 % de matières plastiques ;
  • de 13 % de résidus de broyage ;
  • de 10 % de verre.

Il y a aussi 7 % de métaux non-ferreux, 2 % de fraction minérale, 2 % de cartes de circuits imprimés et 1 % d’autres matières.

Les déchets subissent un processus de dépollution et de démantèlement complet par des méthodes mécaniques ou manuelles. La dépollution concerne certains matériaux spécifiques. Elle permet qu'ils soient débarrassés de leurs substances toxiques en vue d’une réutilisation éventuelle.

En effet, ces matériaux renferment des substances dangereuses et sont donc traités isolement des autres. On peut citer entre autres les gaz, les huiles, les écrans à cristaux liquides et les lampes à décharge. Il y a également les substances telles que le mercure, le polychlorobiphényle et l’amiante, pour ne citer que celles-là. Il faudrait noter que les terres rares sont traitées en raison de leur grande valeur.

Le broyage vient clore cette phase du traitement qui permet d’écarter certaines substances de celles pouvant être recyclées.

La mise en valeur des déchets électroniques

De la collecte au tri en passant par la dépollution et le broyage, certains déchets finissent par être réutilisés. C’est ainsi que les métaux ferreux sont envoyés en fonderie. À ce niveau, ils sont à nouveau transformés et utilisés pour fabriquer d’autres objets. Les plastiques subissent aussi une reconversion pour être utilisés à d’autres fins. Quant aux résidus de verre issus du traitement des écrans de télévision et d’ordinateur, ils sont valorisés pour fabriquer des tubes de rétro-éclairage. C’est de cette façon que beaucoup de déchets sont récupérés et recyclés afin de protéger l’environnement.

Lire aussi :   Pourquoi favoriser l'usage d'un chauffe-eau solaire ?

La spécificité des déchets électroniques résulte des substances nuisibles entrant dans leur fabrication et nécessaires à leur utilisation. La réglementation des DEEE étant stricte, la solution qui consiste à faire appel aux éco-organismes bénévoles habilités et compétents est encore une fois valable. Parmi ceux-ci, se trouve Recyclum qui aide les électriciens à se débarrasser de leurs équipements électriques défectueux. Il y a également des déchetteries publiques dont le fonctionnement varie d’une commune à l’autre.

La filière de traitement des DEEE est suivie sur la base d’un registre qui recense les quantités de déchets déversées sur le marché. Le rôle de suivi est confié à l'Agence de la transition écologique. Elle est aussi chargée de veiller aux mécanismes de traitement mis en place par les producteurs.