Comment réussir une installation électrique à l’extérieur ?

L'extérieur est un véritable prolongement de la maison. Cet espace est propice à de nombreuses activités et mérite de ce fait d'être bien éclairé. Pour bien réaliser l'installation électrique en extérieur, il est important de respecter certaines règles. Voici les dispositions à suivre pour réussir cette opération.

Trouver le bon matériel à utiliser

Pour réussir votre installation électrique extérieure, il est très capital que vous ayez le bon matériel à votre disposition. En effet, votre installation électrique extérieure devra se faire en câble si vous voulez vous assurer une bonne installation et surtout durable dans le temps. De plus, que vous souhaitiez utiliser des socles de prises de courant ou des foyers lumineux, il est important que les matériels soient sécurisés. Vous devez veiller à ce que les matériels soient protégés contre d’éventuelles projections d’eau en l’occurrence de type IP44 ou encore 55.

L'éclairage extérieur

Les installations électriques à l’extérieur s’accompagnent généralement des circuits d’éclairage. En effet, selon la norme NF C 15-100, toute installation doit avoir au-dessus de chaque entrée un minimum de point d’éclairage. De plus, les circuits d’éclairage pour la plupart aboutissent soit à un luminaire ou soit dans une boîte de connexion.

Par ailleurs, vous pouvez également envisager une automatisation de l’éclairage à l’aide d’un détecteur de présence ou de mouvement. Cette automatisation vous permet non seulement de profiter confortablement de votre installation mais vous protège également d’éventuels risques d’intrusion ou de cambriolage. Au cas où le point d’éclairage ne serait pas raccordé, vous devez également veiller à ce que l’arrivée du courant ne puisse rester à nu.

Veiller à la mise en place d’un disjoncteur différentiel

Le disjoncteur est un dispositif essentiel au bon fonctionnement de votre installation électrique à l’extérieur. En effet, la distribution du courant vers les différentes périphéries de votre maison nécessite l’usage de câble RE2V de section suffisante. Cela facilite le transport du courant vers les différents points de branchement ou de raccordement tels que les prises de courant, les bâtiments annexes, etc. Toutefois, la liaison de la ligne extérieure de votre installation ne peut se faire avec la sécurité requise en l’absence d’un disjoncteur différentiel de 30 mA.

Le disjoncteur différentiel se trouve généralement au niveau du tableau de répartition dans l’enceinte de votre domicile. Ce qui le rend indispensable pour la réussite de votre installation électrique extérieure, c’est surtout la sécurité qu’il offre. En fait, le disjoncteur permet d’isoler le circuit de votre maison de celui extérieur. De plus, les circuits extérieurs se doivent d’être indépendants les uns des autres. Ainsi, en cas de court-circuit ou de défaut d’isolation, le courant pourra facilement se couper sans créer de dommages.

Recourir à des équipements étanches

L’un des principes de base à respecter lorsqu’on souhaite réaliser une installation à l’extérieur d’une maison, c’est de s’assurer de l’étanchéité des équipements électriques. En effet, l’ensemble des équipements électriques que vous souhaitiez installer doit non seulement être étanche mais ils doivent également être reliés à la terre. Le fait que les équipements ne puissent pas laisser passer du liquide favorise à la fois le bon fonctionnement de votre système électrique et la protection de votre domicile.

Par ailleurs, pour vous assurer que les équipements dont vous disposez sont vraiment étanches, il suffit de vous référer à l’indice IP figurant sur l’équipement. Pour être installé à l’extérieur, il faut que l’IP figurant sur l’équipement soit de 24 tout au moins. S’agissant des installations relatives aux matériels de piscine ou d’appareils d’arrosage, vous pourrez opter pour des IP allant de 44 à 68.

Opter pour des poses enterrées

Pour éviter de recourir à des conduits spécifiques tels que les isolants rigides lisses, il est préférable d’opter pour une pose enterrée. Cependant, il existe des normes que vous devez absolument respecter afin de profiter de votre installation sur le long terme. De plus, la mise en exécution des différentes dépend de ce à quoi votre installation est destinée. Pour un jardin par exemple, la profondeur minimum requise pour enterrer les câbles est d’environ 50 cm. Par contre, s’il s’agit d’une allée, la profondeur maximale est de 85 cm.

Par ailleurs, si le câble que vous souhaitez utiliser est doté d’une gaine d’étanchéité et mieux encore d’amure métallique vous pouvez l’enterrer en pleine terre. Dans le cas contraire, vous serez obligé de l’insérer dans un conduit TPC. Vous avez également la possibilité de faire usage des gaines ICT au cas où le diamètre requis serait inférieur à 40 mm.